La Rue de la soif - Page 61
Mardi, 29 Mai 2007 18:06
Index de l'article
La Rue de la soif
Le mot de l'auteur
Extrait 1
Extrait 2
Revue de presse
Toutes les pages

Je leur ouvrais les bras, moi, et leurs souffrances me faisaient mal. Aldo, Alban, Albert, les autres, Vic, Stro, Nessun et Marinette, dont les sourires forcés empesaient l’atmosphère ; tous me servaient leurs vies par tranches. Déferlantes de larmes des uns, zones d’ombre des autres : phrases, moments, lieux, des fractions de vies qui défilaient devant moi sans transition. Des fois, j’étais tellement à l’étroit que je suffoquais.

Alors je montais en courant sur la plus haute tour de la basilique de Fourvière. J’arrivais au sommet à moitié morte de fatigue, et tout de suite l’immensité de l’horizon m’éclatait au visage. Le Rhône et la Saône qui se donnent des coups de hanche et qui se réconcilient, là-bas, sur la droite ; la campagne et les monts du Lyonnais qui s’éloignent derrière moi et devant, sans ligne, sans obstacle à leur course, la toile des bâtiments, et puis l’étendue verte qui court, loin, loin, jusqu’à se faire avaler par les vapeurs de bleu. Je m’y jetais en imagination, je m’élargissais jusqu’à occuper tout l’espace, et je hurlais, jusqu’à l’épuisement, jusqu’à ce que j’aie vomi toutes ces angoisses agglomérées qui ne m’appartenaient pas, qui ne devaient plus m’appartenir, que mon cœur ait repris une taille normale.
Alors, je respirais.



 

Commentaires   

 
0 #4 Lil d-m-Y H:i
Dire que j'ai aimé ce livre serait une litote : La Rue de la soif...se dévore ! À peine le livre fini qu'Aube me manque... Et l'envie de la recroiser au fil d'autres pages... À bon entendeur :-)
Et quel style ! Impressionnée -mais surtout émue" je suis...
Citer
 
 
0 #3 Denis d-m-Y H:i
le style d'écriture ne me correspond pas vraiment, c'est trop haché (des phrases sans verbe, beaucoup de points de suspension), bref je me perd et je décroche.
Ce livre a par contre l'intérêt, au moins pour moi, de me montrer des quartiers de ma ville comme je ne les connais pas forcément.
Citer
 
 
0 #2 Romain Donofrio d-m-Y H:i
J'ai eu l'occasion de rencontrer Grégoire Damon lors d'une conférence sur les jeunes écrivains où j'étais moi-même invité ; et je dois dire que sa bonne humeur et son charsime m'ont tout de suite impressionnés ... Et c'est cela que j'ai retenu de son roman, une histoire à couper le souffle autant par son originalité que par son rythme , son lyrisme, sa poésie, et son style d'écritue trés personnelle.
En ésperant que nos plumes se recroisent je tire mon chapeau à mon illustre collégue en attendant de visiter la vraie rue de la soif.
Citer
 
 
0 #1 Jean luc d-m-Y H:i
J'ai découvert ce roman sur le journal Le Mague et j'ai voulu avoir mon avis popre sur cet auteur si pormetteur d'après le critique . Eh bien je ne suis pas déçu, c'est livre incroyablement réussi à l'écriture implacable !! bravo à l'éditeur et à l'auteur !!
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Quelle couverture vous attire le plus ?