Je pétitionne, tu pétitionnes… Imprimer
Vendredi, 16 Février 2007 11:04

   S'il y a bien une chose dont nous n'avons pas l'habitude, c'est de porter attention aux multiples pétitions qui circulent sur le net. D'une part parce qu'elles sont quasiment toujours sans le moindre effet, d'autre part parce qu'elles sont souvent injustifiées, voire tout bonnement idiotes.

   Autre chose dont nous sommes encore moins coutumiers : inciter à la signature d'une de ces pétitions.

   Et pourtant, cette fois-ci, nous avons franchi les deux pas d'un coup dans un élan d'espoir, car la pétition en question touche un des points vitaux de notre activité d'éditeur : la diffusion des livres auprès du public.

   S'il vous semble important que subsistent aux côtés des géants de l'édition des structures qui assurent la pluralité culturelle et stimulent la liberté d'expression, prenez connaissance des termes de cette pétition en lisant la suite, et n'hésitez pas à la signer.


La Poste est un des outils privilégiés de diffusion des livres et revues littéraires des éditeurs indépendants, auprès des libraires, des bibliothèques et du public.

Or, les transformations de La Poste, l'abandon des tarifs particuliers ou intermédiaires, la libéralisation des services, les fermetures de bureaux, mettent aujourd'hui leur existence en danger. Ceci porte préjudice aux écrivains, à la création littéraire, aux éditeurs, aux libraires, aux lecteurs, comme à toute la chaîne du livre (graphiste, photographe, imprimeur...).
Des tarifs postaux abusifs, la réduction programmée à l'accès des tarifs "presse" par de nouvelles contraintes administratives, l'abandon des tarifs réduits ("coliéco" "sacs postaux de librairies"... le refus de La Poste d'appliquer le tarif "livres et brochures" sur le territoire national), etc... remettent en question la pérennité de l'édition indépendante, et par voie de conséquence, entravent le droit d'expression, réduisent l'économie du livre et affaiblissent la démocratie.

Des centaines de petites structures éditoriales sont aujourd'hui contraintes à réduire ou à cesser leur activité.

Les soussignés s'inquiètent de cette situation et demandent à l'Etat, aux ministères concernés et à la direction de l'entreprise publique La Poste de créer un tarif préférentiel pour les livres et les revues (indépendamment, pour celles-ci, de l'attribution, ou non, d'un numéro de commission paritaire), afin de garantir pour demain la diversité culturelle et la libre circulation des idées.


Si vous jugez comme nous que le sujet est d'importance, n'hésitez pas à faire circuler l'adresse d'origine de cette page ( http://www.cynthia3000.info/petition/?petition=3 ). Vous pouvez également télécharger le document original pour l'imprimer, le faire signer autour de vous, et le renvoyer à : Atelier du Gué - 11300 Villelongue d'Aude.

Signer la pétition - Voir les signataires